Catégories
Gestion des milieux aquatiques

Guide “Restauration des cours d’eau : communiquer pour se concerter”

Guide de Restauration des cours d’eau méthodologique à destination des élus et des animateurs et techniciens de rivières pour faciliter l’adhésion des acteurs locaux à la réalisation des projets de restauration des cours d’eau.

Restauration des cours d’eau

Guide de Restauration des cours d’eau méthodologique à destination des élus et des animateurs et techniciens de rivières pour faciliter l’adhésion des acteurs locaux à la réalisation des projets de restauration des cours d’eau.

Restauration des cours d'eau

En 60 pages, ce guide publié par l’agence de l’eau Loire-Bretagne propose des pistes pour surmonter les difficultés rencontrées sur le terrain par les élus et animateurs : prendre en compte des représentations, démontrer le bien fondé du projet, porter la concertation au plus près du terrain, communiquer avec les relais médiatiques.

Il est complété par cinq fiches méthodologiques :

Pourquoi vouloir rétablir la continuité des cours d’eau ?

Connaître ses interlocuteurs,

Les mots qui fâchent et les mots qui dialoguent,

Des actions et des outils,

Les relations avec la presse.

Pour le réaliser, l’agence de l’eau Loire-Bretagne s’est appuyée principalement sur le retour d’expériences de 27 élus et techniciens localisés sur 9 sites des bassins Loire-Bretagne et Rhône-Méditerranée.

Télécharger le fichier : fichierRessource1_Guide_restauration-cours-d-eau.pdf

Lien site web : http://www.eau-loire-bretagne.fr/collectivites/guides_et_etudes/milieux_aquatiques

Catégories
Evénement Peche Presse

La Gaule Culanaise lance une nouvelle édition de la fête de la Pêche

fete de la peche gaule culanaise moniteur guide peche

Télécharger l’article La Gaule Culanaise lance une nouvelle édition de la Fête de la Pêche avec le Centre National de Formation aux Métiers de la Pêche et ses moniteurs guides de pêche en formation.

Plusieurs animations auront lieu sur le thème de la pêche et des milieux aquatiques : gestuelle lancer mouche à côté du no kill, monter une ligne au coup, gestuelle lancer au coup, pêche au coup, reconnaissance des poissons et mode de vie, l’importance de la ripisylve, sensibilisation sur la qualité de l’eau en fonction des p’tites bêtes rencontrées, parcours lancer spinning…

Cette journée servira d’évaluation final du module animation des moniteurs guides de pêche, comme l’année dernière : www.devenezguidepeche.fr/fete-de-la-peche-saint-christophe-le-chaudry-moniteur-guide-de-peche

Catégories
Gestion des milieux aquatiques News moniteur guide de pêche

La Creuse héberge des moules rares et menacées :

Mulette épaisse Unio crassus moniteur guide peche

Lors d’exercices pratiques de découverte des écosystèmes aquatiques, les stagiaires BP JEPS pêche de loisirs (Moniteur guide de pêche) ont eu l’occasion de prospecter la Creuse aux abords immédiats du Lycée agricole, encadré par Limousin Nature Environnement. Grace à différents matériels (bathyscopes, filets surber…) les stagiaires devaient prélever dans la rivière des échantillons de la faune aquatique et réaliser un inventaire des espèces présentes sur le linéaire parcouru.

Les filets surber ont permis de capturer de nombreuses larves d’insectes (des trichoptères, des éphéméroptères, des plécoptères, des odonates…), des crustacées et même des poissons comme des alevins de truite fario et des chabots. Les larves d’insectes ont été prélevées pour que les stagiaires puissent faire des travaux d’identification en laboratoire par la suite. Ces larves seront ensuite envoyées à l’OPIE-Benthos (Office Pour les Insectes et leur Environnement), en charge de réaliser l’inventaire des trichoptères, éphéméroptères et plécoptères de France. Les stagiaires contribueront ainsi à améliorer les connaissances sur ces ordres d’insectes aquatiques mal connus.

La surprise est venue de la découverte par Edouard, de deux individus adultes de Mulette épaisse, Unio crassus, espèces rare et menacée au niveau mondial. Edouard et ses collègues ont donc fait des photos des moules avant de les remettre en place. Les photos ont ensuite été soumises à un collège d’experts en malacologie car les espèces du groupe des Unio sont difficiles à déterminer. Ils en ont conclu qu’il s’agissait bien d’Unio crassus. Cette espèce est classée « en danger » dans la liste rouge mondiale et « vulnérable » dans la liste rouge européenne (UICN). Elle est également inscrite à l’annexe II de la directive « habitats ». Bien entendu, elle est protégée en France. En 2010, l’ONEMA SD 23 avait trouvé cette espèce sur le même cours d’eau, plus en amont de cette nouvelle station.

Rappelons que seulement 16 cours d’eau (2 en Corrèze, 4 en Haute-Vienne et 10 en Creuse) sont connus en Limousin pour abriter cette moule très rare. La population connue en Limousin est inférieure à 800 individus.

Cette moule d’eau douce est un indicateur de la qualité des milieux dans lesquels elle vit. Sa découverte est donc un gage de bonne qualité pour le cours d’eau où on la trouve.

Encore bravo au découvreur !

Catégories
Gestion des milieux aquatiques News moniteur guide de pêche Presse

Julien Lemesle et ces cours d’eaux

pour plus d’info :

https://www.devenezguidepeche.fr/julien-lemesle-moniteur-guide-de-peche

Catégories
Aquaculture

Un poisson sur deux consommé dans le monde provient de l’élevage

Article LEMONDE.FR | 15.11.11 | 21h19   •  Mis à jour le 16.11.11 | 09h30

Pensez-vous sérieusement que le sashimi que vous vous apprêtez à déguster est l’un de ces fiers saumons qui remontent jusqu’au lieu de sa naissance pour y mourir ? Vous ne croyez tout de même pas que ce filet sans arêtes, que vous venez d’acheter dans sa barquette, a autrefois frétillé avec ses congénères tilapias dans l’eau saumâtre de l’embouchure d’un fleuve ?

Catégories
Gestion des milieux aquatiques

En prenant sa carte, le pêcheur participe à la protection des rivières

Publié le 14/12/2011 09:11 | La Dépêche du Midi :

L’achat d’une carte de pêche implique l’adhésion à une AAPPMA, une association agréée pour la pêche et la protection du milieu aquatique agissant au niveau local. Ces AAPPMA adhèrent à une fédération départementale et l’ensemble des fédérations départementales adhère à une union régionale et à la fédération nationale.

Catégories
Aquaculture

Un guide pour une pisciculture de truites durable

En partenariat avec le Secrétariat de l’UICN, le Comité français de l’UICN publie un ouvrage intitulé « Réflexions et recommandations pour la pisciculture de truites ».

Destiné aux acteurs de la filière, aux autres parties prenantes telles que associations, établissements publics, services de l’Etat et des collectivités locales, ainsi qu’au grand public intéressé par ce sujet, ce guide vise à sensibiliser sur les enjeux liés à cette filière et informer sur les réflexions et efforts qui sont développés en matière de durabilité par les acteurs professionnels.

Construit autour de recommandations, le document de 89 pages repose sur 3 niveaux d’approche spatiale (filière, territoire et site), et est décliné sur 3 approches thématiques (environnementale, économique et sociétale).

Ce guide a bénéficié du soutien du Ministère chargé de l’agriculture et de la pêche (Direction de la Pêche Maritime et de l’Aquaculture – DPMA) et a été réalisé grâce à la contribution de plusieurs experts de la filière (ITAVI, CIPA, FFA, FEAP, INRA) et de l’UICN.

Il est téléchargeable sur le site de l’UICN.

Catégories
Aquaculture

Valoriser les produits locaux de la pêche et de l’aquaculture

Ce guide a été développé afin de servir de base aux porteurs de projets locaux dans la mise en œuvre de leurs démarches liées à la valeur ajoutée de produits locaux de pêche.

Catégories
Aquaculture

Etat de l’aquaculture dans le monde en 2010

Selon la FAO, d’ici à 2012, plus de la moitié de la consommation mondiale de poissons proviendront de l’aquaculture. Son rapport, [ http://www.fao.org/docrep/014/ba0132e/ba0132e.pdf ]Etat de l’aquaculture dans le monde 2010, révèle que la production mondiale de poissons de l’aquaculture a augmenté de plus de 60% entre 2000 et 2008, passant de 32,4 millions de tonnes à 52,5 millions. Mais elle n’a pas augmenté uniformément sur notre planète. La région Asie-Pacifique domine la filière: en 2008, elle représentait 89% de la production mondiale, la Chine contribuant, à elle seule, à hauteur de 62%. Parmi les 15 principaux pays producteurs de l’aquaculture, 11 se trouvent dans cette région.

Du fait de sa croissance en volume et en valeur, l’aquaculture a nettement contribué à l’atténuation de la pauvreté et à l’amélioration de la sécurité alimentaire dans de nombreuses parties du monde.

Outre la question de la durabilité de l’environnement, d’autres défis majeurs pour l’aquaculture se rapportent notamment au changement climatique et à la crise économique mondiale, note le rapport.

La filière aquaculture devrait donc se préparer à faire face à leurs impacts potentiels et déployer des efforts particuliers pour aider davantage les petits producteurs en les organisant en associations et en promouvant les meilleures méthodes de gestion possibles.

Le rapport complet, ainsi que les comptes rendus régionaux présentés lors de la Conférence sur l’aquaculture mondiale, qui s’est tenue à Phuket (Thaïlande) en 2010, peuvent être consultés [ http://www.fao.org/fishery/regional-aquaculture-reviews/aquaculture-reviews-home/fr/ ]sur le site de la FAO.

Etat de l’aquaculture dans le monde 2010

Catégories
Aquaculture

Etude sur l’élevage des carpes dites chinoises en France et évaluation de leur possible reproduction naturelle dans les cours d’eau Français

Ce présent rapport a trois objectifs principaux :

[1]  Mener une synthèse bibliographique sur les trois espèces de carpes dites chinoises introduites en France dans la seconde moitié du 20ème siècle : la carpe herbivore ou amour blanc (Ctenopharyngodon idella), la carpe argentée (Hypophthalmichthys
molitrix) et la carpe à grosse tête (Aristichthys nobilis),
[2]  Etudier les intérêts de ces trois espèces,
[3]  Evaluer les risques réels d’une reproduction naturelle en France et autres risques des
carpes chinoises dans le milieu naturel.

Ce rapport est basé sur l’analyse de 125 références bibliographiques.

•  Ces trois espèces de carpes ont une biologie très similaire : ce sont des animaux euryèces qui grandissent vite et qui peuvent atteindre des tailles (> 100 cm) et des poids très importants (> 20 kg), surtout en comparaison des autres espèces présentes en France. Le régime alimentaire de ces trois espèces diffère : les carpes herbivores consomment principalement des macrophytes et des algues filamenteuses, les carpes argentées sont principalement phytoplanctonophages  et les carpes à grosse tête zooplanctonophages.

•  Ces trois espèces ont une importance économique considérable au niveau mondial puisqu’elles totalisent à elles seules plus de 10 millions de tonnes produites par an (principalement en Chine).

•  Ces trois espèces ont été introduites dans de très nombreux pays (près d’une centaine pour chacune) au cours des 50 dernières années pour la lutte biologique et l’aquaculture. Cependant, la reproduction naturelle n’a été observée seulement que dans quelques pays possédant des écosystèmes très proches de leur milieu d’origine. En effet, ces carpes nécessitent en priorité de grands fleuves avec un fort courant (ca. 1 m/s) qui présentent des variations importantes et rapides du niveau de l’eau (1 à 2 m)
et des températures optimales comprise entre 20 et 25°C en été. De telles conditions n’existent pas en France et par conséquent leur reproduction naturelle est, en l’état actuel des connaissances, très peu probable.

•  Malgré une présence en France depuis les années 1950, l’aire de répartition de ces trois espèces reste presque exclusivement cantonnée aux eaux closes. Dans les 40 dernières années, seule une dizaine d’individus auraient été capturés par an pour les
carpes herbivores, un à deux pour la carpe argentée et aucune pour la carpe à grosse tête.

•  Etant donné que la reproduction naturelle est très peu probable en France et que ces trois espèces sont presque exclusivement cantonnées aux eaux closes, leur expansion sur notre territoire dépendra quasi-exclusivement de comportements humains (incluant
les relâchés illégaux par des particuliers par exemple). De plus, dans l’éventualité où ces poissons poseraient des problèmes, il est relativement facile d’y remédier étant donné la taille des animaux (pêche des poissons ou captures lors de la mise à sec des étangs).

•  Les bénéfices et les risques associés aux trois espèces sont différents. Il est clair que la carpe herbivore permet de contrôler efficacement et durablement le développement trop important de la végétation aquatique et permet ainsi de remplacer le faucardage et
l’utilisation de produits chimiques. Les conséquences sur l’écosystème et les espèces natives sont négligeables voire peu importantes, surtout si les densités utilisées sont basses (autour de 30 kg/ha). L’intérêt des deux autres espèces est moins évident, notamment pour la carpe à grosse tête. De plus, les impacts (ou risques) sur les écosystèmes de ces deux espèces, carpe argentée et carpe à grosse tête, sont complexes à mettre en évidence et sont très souvent contradictoires.

Il convient de noter au moins trois incohérences dans la situation actuelle

•  Des mesures franco-françaises n’auraient aucun effet sur trois des sept principaux fleuves « français » : le Rhin, la Meuse et le Rhône quant au devenir de ces trois espèces dans les eaux libres en France car leurs cours s’étend au-delà des frontières nationales.

•  Une enquête réalisée sous couvert d’anonymats auprès d’une douzaine de grossistes a révélé qu’environ 50 000 individus, (principalement des carpes amours (80%) et des carpes argentées (20%), aucune carpe à grosse tête), sont vendus annuellement en France par ces grossistes pour le commerce du poisson d’ornement.

•  Il est assez facile d’obtenir légalement des carpes herbivores dans de très nombreuses animaleries en France.

Pour toutes ces raisons, il semble possible et judicieux d’autoriser de nouveau l’utilisation de la carpe herbivore et de la carpe argentée dans les plans d’eau.

Pour télécharger le rapport : Rapport_final_carpes