Catégories
Aquaculture

Un poisson sur deux consommé dans le monde provient de l’élevage

Article LEMONDE.FR | 15.11.11 | 21h19   •  Mis à jour le 16.11.11 | 09h30

Pensez-vous sérieusement que le sashimi que vous vous apprêtez à déguster est l’un de ces fiers saumons qui remontent jusqu’au lieu de sa naissance pour y mourir ? Vous ne croyez tout de même pas que ce filet sans arêtes, que vous venez d’acheter dans sa barquette, a autrefois frétillé avec ses congénères tilapias dans l’eau saumâtre de l’embouchure d’un fleuve ?

Catégories
Aquaculture

Un guide pour une pisciculture de truites durable

En partenariat avec le Secrétariat de l’UICN, le Comité français de l’UICN publie un ouvrage intitulé « Réflexions et recommandations pour la pisciculture de truites ».

Destiné aux acteurs de la filière, aux autres parties prenantes telles que associations, établissements publics, services de l’Etat et des collectivités locales, ainsi qu’au grand public intéressé par ce sujet, ce guide vise à sensibiliser sur les enjeux liés à cette filière et informer sur les réflexions et efforts qui sont développés en matière de durabilité par les acteurs professionnels.

Construit autour de recommandations, le document de 89 pages repose sur 3 niveaux d’approche spatiale (filière, territoire et site), et est décliné sur 3 approches thématiques (environnementale, économique et sociétale).

Ce guide a bénéficié du soutien du Ministère chargé de l’agriculture et de la pêche (Direction de la Pêche Maritime et de l’Aquaculture – DPMA) et a été réalisé grâce à la contribution de plusieurs experts de la filière (ITAVI, CIPA, FFA, FEAP, INRA) et de l’UICN.

Il est téléchargeable sur le site de l’UICN.

Catégories
Aquaculture

Valoriser les produits locaux de la pêche et de l’aquaculture

Ce guide a été développé afin de servir de base aux porteurs de projets locaux dans la mise en œuvre de leurs démarches liées à la valeur ajoutée de produits locaux de pêche.

Catégories
Aquaculture

Etat de l’aquaculture dans le monde en 2010

Selon la FAO, d’ici à 2012, plus de la moitié de la consommation mondiale de poissons proviendront de l’aquaculture. Son rapport, [ http://www.fao.org/docrep/014/ba0132e/ba0132e.pdf ]Etat de l’aquaculture dans le monde 2010, révèle que la production mondiale de poissons de l’aquaculture a augmenté de plus de 60% entre 2000 et 2008, passant de 32,4 millions de tonnes à 52,5 millions. Mais elle n’a pas augmenté uniformément sur notre planète. La région Asie-Pacifique domine la filière: en 2008, elle représentait 89% de la production mondiale, la Chine contribuant, à elle seule, à hauteur de 62%. Parmi les 15 principaux pays producteurs de l’aquaculture, 11 se trouvent dans cette région.

Du fait de sa croissance en volume et en valeur, l’aquaculture a nettement contribué à l’atténuation de la pauvreté et à l’amélioration de la sécurité alimentaire dans de nombreuses parties du monde.

Outre la question de la durabilité de l’environnement, d’autres défis majeurs pour l’aquaculture se rapportent notamment au changement climatique et à la crise économique mondiale, note le rapport.

La filière aquaculture devrait donc se préparer à faire face à leurs impacts potentiels et déployer des efforts particuliers pour aider davantage les petits producteurs en les organisant en associations et en promouvant les meilleures méthodes de gestion possibles.

Le rapport complet, ainsi que les comptes rendus régionaux présentés lors de la Conférence sur l’aquaculture mondiale, qui s’est tenue à Phuket (Thaïlande) en 2010, peuvent être consultés [ http://www.fao.org/fishery/regional-aquaculture-reviews/aquaculture-reviews-home/fr/ ]sur le site de la FAO.

Etat de l’aquaculture dans le monde 2010

Catégories
Aquaculture

Etude sur l’élevage des carpes dites chinoises en France et évaluation de leur possible reproduction naturelle dans les cours d’eau Français

Ce présent rapport a trois objectifs principaux :

[1]  Mener une synthèse bibliographique sur les trois espèces de carpes dites chinoises introduites en France dans la seconde moitié du 20ème siècle : la carpe herbivore ou amour blanc (Ctenopharyngodon idella), la carpe argentée (Hypophthalmichthys
molitrix) et la carpe à grosse tête (Aristichthys nobilis),
[2]  Etudier les intérêts de ces trois espèces,
[3]  Evaluer les risques réels d’une reproduction naturelle en France et autres risques des
carpes chinoises dans le milieu naturel.

Ce rapport est basé sur l’analyse de 125 références bibliographiques.

•  Ces trois espèces de carpes ont une biologie très similaire : ce sont des animaux euryèces qui grandissent vite et qui peuvent atteindre des tailles (> 100 cm) et des poids très importants (> 20 kg), surtout en comparaison des autres espèces présentes en France. Le régime alimentaire de ces trois espèces diffère : les carpes herbivores consomment principalement des macrophytes et des algues filamenteuses, les carpes argentées sont principalement phytoplanctonophages  et les carpes à grosse tête zooplanctonophages.

•  Ces trois espèces ont une importance économique considérable au niveau mondial puisqu’elles totalisent à elles seules plus de 10 millions de tonnes produites par an (principalement en Chine).

•  Ces trois espèces ont été introduites dans de très nombreux pays (près d’une centaine pour chacune) au cours des 50 dernières années pour la lutte biologique et l’aquaculture. Cependant, la reproduction naturelle n’a été observée seulement que dans quelques pays possédant des écosystèmes très proches de leur milieu d’origine. En effet, ces carpes nécessitent en priorité de grands fleuves avec un fort courant (ca. 1 m/s) qui présentent des variations importantes et rapides du niveau de l’eau (1 à 2 m)
et des températures optimales comprise entre 20 et 25°C en été. De telles conditions n’existent pas en France et par conséquent leur reproduction naturelle est, en l’état actuel des connaissances, très peu probable.

•  Malgré une présence en France depuis les années 1950, l’aire de répartition de ces trois espèces reste presque exclusivement cantonnée aux eaux closes. Dans les 40 dernières années, seule une dizaine d’individus auraient été capturés par an pour les
carpes herbivores, un à deux pour la carpe argentée et aucune pour la carpe à grosse tête.

•  Etant donné que la reproduction naturelle est très peu probable en France et que ces trois espèces sont presque exclusivement cantonnées aux eaux closes, leur expansion sur notre territoire dépendra quasi-exclusivement de comportements humains (incluant
les relâchés illégaux par des particuliers par exemple). De plus, dans l’éventualité où ces poissons poseraient des problèmes, il est relativement facile d’y remédier étant donné la taille des animaux (pêche des poissons ou captures lors de la mise à sec des étangs).

•  Les bénéfices et les risques associés aux trois espèces sont différents. Il est clair que la carpe herbivore permet de contrôler efficacement et durablement le développement trop important de la végétation aquatique et permet ainsi de remplacer le faucardage et
l’utilisation de produits chimiques. Les conséquences sur l’écosystème et les espèces natives sont négligeables voire peu importantes, surtout si les densités utilisées sont basses (autour de 30 kg/ha). L’intérêt des deux autres espèces est moins évident, notamment pour la carpe à grosse tête. De plus, les impacts (ou risques) sur les écosystèmes de ces deux espèces, carpe argentée et carpe à grosse tête, sont complexes à mettre en évidence et sont très souvent contradictoires.

Il convient de noter au moins trois incohérences dans la situation actuelle

•  Des mesures franco-françaises n’auraient aucun effet sur trois des sept principaux fleuves « français » : le Rhin, la Meuse et le Rhône quant au devenir de ces trois espèces dans les eaux libres en France car leurs cours s’étend au-delà des frontières nationales.

•  Une enquête réalisée sous couvert d’anonymats auprès d’une douzaine de grossistes a révélé qu’environ 50 000 individus, (principalement des carpes amours (80%) et des carpes argentées (20%), aucune carpe à grosse tête), sont vendus annuellement en France par ces grossistes pour le commerce du poisson d’ornement.

•  Il est assez facile d’obtenir légalement des carpes herbivores dans de très nombreuses animaleries en France.

Pour toutes ces raisons, il semble possible et judicieux d’autoriser de nouveau l’utilisation de la carpe herbivore et de la carpe argentée dans les plans d’eau.

Pour télécharger le rapport : Rapport_final_carpes

Catégories
Aquaculture

Retrospective des rencontres de l’aquaculture 2011

Retrouvez Retrouvez les Rencontres de l’Aquaculture 2011 à travers :

– toutes les conférences audio et supports
– les supports des ateliers
– un retour en images
– une revue de presse de l’événement.

Il suffit de cliquer sur l’image ci-dessus ou sur le lien : http://www.rencontresaquaculture2011.com/modulosite2/retrospective-2011.htm

 

La pêche de loisirs :

CONFÉRENCE N°3 : MARCHÉ FRANCAIS DE LA PÊCHE LOISIR ET DU REPEUPLEMENT (eaux continentales)

Les marchés de la pêche loisir et du repeuplement : état des lieux et évolutions

Présentation 1 : Pêche de Loisir et repeuplement

Présentation 2 : “Reupleuplement” vers de bonnes pratiques

Consulter le pdf Consulter le pdf Aurélien TOCQUEVILLE, ITAVI, service aquaculture

 

Cette conférence est en format en audio (la numéro 3), elle est très enrichissante. Elle  présente notamment l’historique de la pêche en France : http://www.rencontresaquaculture2011.com/modulosite2/fiche.php?id_bouton=39&fr=1&id=969

Catégories
Aquaculture

Mallette pédagogique en Aquaculture

Bienvenue sur la mallette pédagogique réalisé par le réseau aquacole de la DGER.
Thématique EAU
Thématique PLANCTON
Thématique ZOOTECHNIE
Films METIERS : La pêche à pied

Vous disposerez prochainement des films concernant ces 5 volets

AGEA : le système de pilotage de l’Entreprise Aquacole

 

 

Vous retrouverez ces fiches sur le site d’Agro-campus de Rennes :

http://tice.agrocampus-ouest.fr/course/view.php?id=163

Catégories
Aquaculture

La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2010

Niveaux record de consommation de poisson
31-01-2011
Stocks mondiaux à reconstituer, tendances du secteur
Photo: ©FAO/Roberto Faidutti

Pêches et aquaculture font vivre 540 millions de personnes, soit 8 % de la population mondiale
31 janvier 2011, Rome – La contribution du poisson à l’alimentation a atteint en moyenne un record de près de 17 kg par habitant et le poisson assure au moins 15 pour cent des besoins moyens en protéines animales de plus de 3 milliards de personnes, selon le rapport de la FAO La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2010, publié aujourd’hui.

Cet accroissement s’explique principalement par le développement de l’aquaculture qui est appelée à dépasser les pêches de capture comme source de nourriture.

Le rapport de la FAO indique également qu’aucune amélioration n’a été observée dans la situation des stocks halieutiques mondiaux. Au total, les pêches et l’aquaculture font vivre 540 millions de personnes, soit 8 pour cent de la population mondiale. La planète n’a jamais consommé autant de poisson et le secteur assure, de façon directe et indirecte, un nombre d’emplois sans précédent.

Les produits de la pêche continuent d’être les produits alimentaires de base les plus échangés à l’échelle mondiale, pour une valeur record de 102 milliards de dollars en 2008 (plus 9 pour cent par rapport à 2007).

Les stocks de poisson mondiaux surexploités, épuisés ou en phase de reconstitution sont estimés légèrement supérieurs à ceux de 2006, soit quelque 32 pour cent, et  doivent être restaurés d’urgence, souligne le rapport.

A l’autre bout de l’échelle, 15 pour cent des groupes de stocks suivis par la FAO étaient estimés sous-exploités (3 %) ou modérément exploités (12 %) et, par conséquent, capables de fournir des captures supérieures au niveau actuel.

“Le fait que la situation des stocks ne s’est pas améliorée est source de grande préoccupation”, a déclaré Richard Grainger, un expert de pêches à la FAO et un des responsables éditoriaux du rapport. “Le pourcentage de surexploitation doit régresser, même s’il semble que nous ayons atteint un plateau”.

Resserrement des contrôles

Le rapport examine l’intensification des efforts visant à resserrer les contrôles dans le secteur en adoptant, par exemple, des mesures commerciales contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). Ces dispositions servent à interdire l’accès au commerce international aux poissons et aux produits résultant de ces pratiques afin d’améliorer la gestion du secteur et réduire les niveaux de surexploitation. Selon une récente étude, le coût de la pêche illégale et non déclarée est estimé à 10-23,5 milliards de dollars par an.

Le rapport évoque également le débat sur la proposition d’un registre mondial des navires de pêche. L’idée est d’attribuer un «numéro d’identification unique» à vie à chaque navire, indépendamment des changements de propriétaire ou de pavillon. Cette mesure de transparence faciliterait le travail de la police maritime luttant contre les activités de pêche illégale.

La demande croissante de poisson souligne l’exigence d’une gestion durable des ressources aquatiques. Le rapport préconise une approche écosystémique des pêches, c’est-à-dire une approche intégrée conjuguant les objectifs de la société et la situation des ressources halieutiques et de leur environnement naturel et humain.

Aperçu du secteur

La production mondiale de poisson et de produits de la pêche est passée de 140 millions de tonnes en 2007 à 145 millions de tonnes en 2009, dont une grande partie est assurée par l’aquaculture, avec une croissance annuelle de près de 7 pour cent.

Le rapport estime que les politiques aquicoles de l’Asie du Sud-Est – où le poisson est un élément fondamental de l’alimentation – sont un bon exemple de gestion équilibrée. Il loue les progrès des interventions gouvernementales mettant à profit les avantages comparatifs et les incitations économiques qui portent à la croissance, à la sécurité alimentaire et à de meilleures conditions de vie.

Le rapport comprend un chapitre spécial sur les pêches continentales souvent laissées pour compte par les décideurs. La planification des périmètres d’irrigation et des installations hydroélectriques néglige parfois de considérer l’impact sur les moyens d’existence des pêcheurs. Et pourtant, la pêche continentale fait vivre 61 millions de personnes dans le monde.

“Le poisson est un aliment riche en protéines d’excellente qualité et le secteur contribue de façon substantielle à la sécurité alimentaire mondiale”, précise M. Grainger.

Pour plus d’information, vous pouvez lire le rapport

Catégories
Aquaculture

La filière ornement aquatique en France : débouchés et perspectives d’avenir

Vous retrouverez en cliquant sur le document ci-dessous les actes de la Journée de la filière ornement aquatique en France : débouchés et perspectives d’avenir du 27 janvier 2010 qui à eu lieu à l’amphithéâtre du Lycée de Bréhoulou Fouesnant

Catégories
Aquaculture

Diversification des activités de pêche et de conchyliculture en Bretagne

L’équipe du Pôle halieutique d’AGROCAMPUS OUEST a le plaisir de vous annoncer la sortie du guide ” Diversification des activités de pêche et de conchyliculture en Bretagne”.
Ce guide est disponible et téléchargeable sur le site du Pôle à l’adresse suivante : http://www.agrocampus-ouest.fr/halieutique/pdf/504.pdf ou en cliquant sur l’image ci dessous.

Une sortie papier est prévue pour début de l’année.
Les informations contenues dans ce guide ont été mises à jour au premier trimestre 2010 même si elles ont été vérifiées, elles n’ont en aucun cas de valeur légale et sont susceptibles d’évoluer.

Nous en profitons pour remercier vivement toutes les personnes qui ont participé de près ou de loin à l’élaboration de ce guide.

A bientôt,
Marie Lesueur et Laura-Mars Hénichart

Marie Lesueur
Pôle halieutique
Agrocampus Ouest Centre de Rennes
Cellule Etudes et Transfert
65 rue de Saint Brieuc
CS 84215
35042 Rennes cedex
Tel : 02-23-48-58-62